raphael isa olou

 

image

L'Amazonie (Réserve de Cuyabeno)

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Nous sommes arrivés en Amazonie après 2 heures de bus et 3 heures de bateau. Le matin, nous nous levions tôt pour essayer de voir le plus d’animaux possible. Nous sommes dans une réserve entourée d’eau en ce moment car c’est la fin de la saison des pluies et nous nous déplaçons surtout en bateau. Mais pendant la saison sèche, il n’y a presque plus d’eau et on marche. Sur la pirogue, nous avons vu plein de singes, des aras et j’ai trouvé une plume que je garde pour Léane. Nous avons vu et poursuivi les dauphins roses pendant presque une heure (une pensée pour Naëla qui les aime tant). Nous avons vu un bébé anaconda (dédicace à Romane et Jules). L’anaconda adulte est le plus gros et le plus long serpent du monde. Il tue sa proie en l’étouffant. Il peut ne manger qu’une ou deux fois par an un animal qui fait 3 fois le diamètre de son corps et c’est pour cela qu’il lui faut des mois pour le digérer. Nous l’avons cherché dans la jungle, sur les bords de la rivière mais nous n’avons pas réussi à le trouver.

Je me suis baigné dans le lac Rio Grande. Au début, j’avais un peu peur et mes parents ne voulaient pas trop. En fait, le guide nous avait expliqué que les caïmans protégeaient leurs petits et qu’ils restaient au bord des rives et que l’on ne risquait rien en se baignant au milieu de la rivière. Il nous a dit que le mieux était de se baigner à plusieurs car les caïmans ressentent les vibrations. Si une seule personne se baigne, ça fait une petite vibration et le caïman peut penser que c’est une petite proie pour lui. Alors que lorsque plusieurs personnes se baignent cela fait beaucoup de vibrations et le caïman a peur de ce gros animal ! Donc, mes parents hésitaient un peu. Et puis les autres se sont baignés et au final, on a tous plongé ensemble.

Juste en face de notre chambre, on voyait des yeux jaunes briller la nuit. Du coup, entre ça, les tarentules et le gros serpent que l’on a relâché sur la pelouse du lodge, et bien, pour ma première nuit, je n’étais pas très rassuré et j’ai dormi avec ma mère, j’avoue !

On a pu voir 8 espèces de singes sur les 9 qu’il y a dans la réserve, et j’avais de la chance car il y en avait tous les jours autour de notre chambre qui s’amusaient à sauter de branches en branches.

Nous avons fait des sorties nocturnes dans la jungle et ça faisait un peu peur toutes ces bêtes et tous les bruits dans le noir !

Nous avons fait une balade en journée. Pendant la marche, nous avons vu beaucoup de plantes et d’insectes très spéciaux.

-          Le « Fungus », c’est une espèce de champignon incroyable qui s’attache à la tête d’une fourmi et prend le contrôle  de son cerveau pour qu’elle le mène dans un endroit où il pourra se développer. Si la fourmi va dans la mauvaise direction, le fungus envoie un signal qui fait souffrir la fourmi. Comme un zombi, la fourmi répond au fungus et lorsqu’elle arrive à l’endroit voulu, le fungus la tue. Ma mère m’a dit que c’était une superbe leçon de science pour comprendre que les plantes sont des êtres vivants !

 

-          La guêpe « anesthésiste », c’est une guêpe qui pique une tarentule pour l’endormir car son venin est très puissant mais ne tue pas. Pendant que la tarentule dort, la guêpe pond ses œufs dans le ventre de celle-ci. Lorsque la tarentule se réveille, elle continue sa vie normalement. Mais au bout de 2 semaines, elle souffre atrocement. Les larves naissent et se nourrissent de son corps, elle finit par mourir !

 

-          La grenouille à « flèche », c’est la grenouille la plus venimeuse au monde. Elle est minuscule et très colorée. On l’appelle ainsi car les indiens enduisaient leurs flèches de son venin pour chasser et tuer leur proie. Le venin de cette grenouille est sur sa peau, il est 250 fois plus puissant que le curare (c’est comme la sève extraite de certaines lianes d'Amazonie, qui provoque une paralysie des muscles. Il est utilisé par les indiens comme poison pour enduire les flèches). Le guide nous a expliqué que les indiens utilisaient le poison de la grenouille pour les proies qu’ils n’allaient pas manger et le curare pour celles qu’ils allaient manger ensuite).

 

-          La fourmi «  balle de fusil » ou fourmi « 24 heures » (c’est le temps que dure la douleur), c’est la fourmi qui a la piqûre la plus douloureuse au monde. Dans certaines tribus indiennes, c’était un rituel pour passer à l’âge adulte et montrer son courage. On mettait des fourmis dans un gant et le jeune garçon devait mettre ses mains et tenir 20 minutes. La douleur est si puissante que la plupart des jeunes s’évanouissaient !

 

-          La fourmi légionnaire ou fourmi «  suture », les indiens l’utilisent pour suturer (recoudre) leurs blessures. Nicolas, le français qui était avec nous a voulu tester la bête, quel courage !

 

Nous avons aussi franchi l’Equateur (c’est la ligne imaginaire située à égale distance du pôle nord et du pôle sud et qui divise la terre en 2 parties égales).

Nous sommes aussi allés dans un village indien où j’ai appris à faire du pain de manioc.

Voilà, j’ai  vraiment appris beaucoup de choses et j’ai adoré l’Amazonie.

Et pour tous mes amis, je me suis dit qu’on pourrait faire un voyage en Amazonie ensemble, dans quelques années.

Au revoir les écoliers (plus pour longtemps !).

 

 

C'est parti pour l'aventure !

 

Premières rencontres... 

 

 

 

Les nids suspendus.

 

Ils ont l'air méfiant ces singes !

 

Magnifique ara, j'en ai rêvé !

 

 

 

L'hoazin huppé...

 

...et ses petits.

 

Notre ecolodge sur un îlot.

 

Nos voisins...

 

Papa est désolé pour la photo, mais il ne s'est pas attardé près de cette araignée !

 

On dirait un crustacé, non ?

 

On ne va pas vous déranger en plein repas, Madame.

 

Toujours aux premières loges à côté du guide.

 

Le héron vert.

 

Parmi les plus grands arbres d'Amazonie, le fromager.

 

La fameuse fourmi "balle de fusil", une piqûre qui provoque une douleur de 24h... dans tout le corps !

 

 

 

Recette du pain au manioc : on commence par couper les branches qui ne serviront qu'à replanter.

 

On arrache les racines de manioc.

 

On enlève la première couche.

 

On le lave.

 

On le râpe.

 

On l'essore à l'aide d'une sorte de tresse.

 

Une fois sec...

 

On le passe au tamis afin d'en faire une poudre.

 

On n'a plus qu'à en faire une pâte fine en la faisant cuire comme une crêpe.

 

Et voilà, c'est prêt et je peux vous dire que c'est très bon avec de la confiture ou du thon !

 

Si j'avais dû chasser avec cette sarbacane, je serais mort de faim !

 

 

 

Big bisou dans la boue.

 

 

 

Un bébé anaconda, bébé, mais impressionnant quand même.

 

 

 

Le singe capucin.

 

 

 

Le tyran quiquivi, drôle de nom mais très joli.

 

La chauve-souris, ici, ressemble à ça !

 

 

 

Couraaaaaaaage !

 

Très beau rainbow snake ramassé par un guide puis relaché dans l'écolodge...

 

Photo un peu floue mais c'est notre seule photo de cette espèce de singe (le plus gros de cette partie de l'Amazonie).

 

On a pu suivre et voir les dauphins roses, mais ils sont très durs à prendre en photo...

 

Grâce au mode "rafales", Papa a réussi à obtenir ces deux-là.

 

Bon, ce singe-là a été très facile à prendre en photo !

 

D'autres voisins de notre cabanon.

 

C'est juste pour la photo, on ne s'amuse pas à cache-cache dans la jungle !

 

Petite grenouille... qui ne grandira pas !

 

Le fungus dont je parle plus haut.

 

 

 

On est pile sur la ligne de l'Equateur. (Merci Mike pour le Gps).

 

La grenouille à "flèche" contient suffisamment de poison pour tuer 8 personnes !

 

La fourmi "suture" sur le bras de... Nicolas, qui a bien voulu subir l'expérience, bravo !

 

Jeu : trouver la grenouille...

 

Très fort notre guide Gilver : il a trouvé un serpent et une tarentule en même temps et de nuit !

 

Première espèce à notre arrivée, dernière espèce à nous saluer, ciao ciao Amazonia.

Commentaires  

0 #5 de la part de 62 21-03-2018 09:55
Citation en provenance du commentaire précédent de margaux :
trop mignon le retour et très belle photo . mais j'aurais aimer être avec vous

SA C4EST SUR
Citer
0 #4 de la part de 62 21-03-2018 09:54
BRAVO
Citer
0 #3 salut raphaël 15-03-2018 14:49
BRAVO
de 62
Citer
0 #2 margaux 30-11-2017 14:52
trop mignon le retour et très belle photo . mais j'aurais aimer être avec vous
Citer
+1 #1 Devillermétis 16-06-2016 20:13
Et Raphaël tu me fiches la trouille !!! Avec les araignées ... Bouh comment t'as fait pour tenir? Je crois que même collé à ta mère , je n'aurai pas dormi ... Bouhh ça me donne des frissons toutes ses bêtes! Bisous
Citer

Ajouter un Commentaire